Vous êtes ici :

Accueil Accueil L'institution Expression des groupes politiques

Cette page est en cours de modification.

Expression des groupes politiques

Novembre 2017

Groupe Socialiste Républicain et Citoyen

Nous devons soutenir le logement.

 

Le Conseil départemental a une action forte en matière d’accès et de maintien dans le logement pour les plus fragiles. Notre objectif est de lutter au maximum contre la précarité énergétique et d’éviter les dramatiques expulsions locatives. Des milliers de familles sont ainsi accompagnées chaque année par le biais du Fonds de Solidarité Logement ; une solidarité qui peut tous nous concerner un jour.

Aussi, nous sommes très inquiets de cette baisse de 5 € des APL. 5 € peut paraître dérisoire mais pour un étudiant, des retraités aux bas revenus, certaines familles, c’est un repas, du lait, les céréales du matin. La Caisse Nationale des Allocations Familiales, qui verse les APL, et le Conseil National de l’Habitat sont d’ailleurs farouchement opposés à ce choix du gouvernement.

Cette décision impacte également les bailleurs sociaux mettant en danger leur trésorerie et tous les programmes de construction de logements, de réparations et l’amélioration du cadre de vie.

Maisons et Cités annonce une perte de 26 M€ et 1 000 logements neufs en moins pour le bassin minier. Pour Pas-de-Calais Habitat c’est moins 17 M€ que les facilités bancaires proposées par le gouvernement ne pourront pas compenser. C’est donc des chantiers en moins à prévoir dans tout le Pas-de-Calais, des menaces sur l’emploi dans le secteur du bâtiment et un coup de frein pour les logements. Nous ne pouvons pas rester sans réaction !

 

Laurent DUPORGE

Groupe Socialiste, Républicain et Citoyen

Groupe Union Action 62

Nouveau feu vert pour le CSNE

 

Mardi 3 octobre, en amont de la venue du Président de la République à Amiens, la Secrétaire d’Etat aux Transports et le Ministre des Comptes publics ont annoncé la relance du Canal Seine-Nord Europe, un compromis ayant été trouvé.

Ce compromis, c’est celui des collectivités qui s’engagent là où l’Etat recule encore une fois. Sous l’impulsion du Président de Région Bertrand, elles ont fait des propositions budgétaires pour sauver le projet.

Le Canal est un enjeu majeur pour toute la Région. Là où certains élus de la Majorité présidentielle ont renié ce projet d’envergure, nous avons toujours dit « oui au Canal ». Il aura un impact considérable sur de nombreux domaines : emploi, transport, environnement, sécurité routière, tourisme…

La mobilisation des élus, des territoires et du monde du travail a montré au Gouvernement que nous ne renoncerions pas. Le candidat puis Président Macron s’était engagé à maintenir le Canal, nous attendions de lui qu’il tienne sa parole.

Des inquiétudes demeurent néanmoins : nous ne savons toujours pas comment le Gouvernement financera sa part du Canal. Nous prenons acte également du paradoxe des extrêmes, qui veulent de l’emploi dans le Pas-de-Calais mais renient l’Europe. C’est pourtant elle qui financera 40% du Canal. Rien que pour la phase de travaux, 10 000 emplois seront créés. Fidèles à nos convictions, nous resterons vigilants pour que le projet aboutisse.

 

Maïté MULOT-FRISCOURT

Présidente du groupe Union Action 62

Groupe communiste et républicain

Antisocial : ça suffit

Après la remise en cause du code du travail par la loi El Komri et les ordonnances Macron, l’espoir de pouvoir accéder à un emploi stable s’affaiblit pour des millions de salariés, de jeunes et de travailleurs à la recherche d’un emploi.

La précarisation dans le travail ne suffisant pas, le gouvernement s’attaque à présent au droit fondamental du logement.

La baisse des APL que le gouvernement entend faire financer intégralement par les organismes HLM va non seulement grever le budget des familles mais également diminuer la construction et la rénovation des logements sociaux. De même, le gel du taux des livrets A de l’épargne populaire et la réduction de 11% des crédits de la Politique de la ville va mettre en danger si ce n’est stopper des projets en faveur du logement social.

Ces mesures sont très graves pour notre département : notre parc social accueille 25% des ménages et loge un locataire sur 2 !

Les élus communistes s’associent aux organismes de défense des locataires et de HLM qui ont lancé de nombreux appels face aux attaques organisées contre le logement social. Ils rappellent que la France est un des pays les plus riches qui cependant compte 4 millions de mal-logés, 1,8 millions de personnes, souvent désespérées, à la recherche d’un logement.

Nous appelons le gouvernement à revenir sur ces décisions ; nous serons aux côtés de toutes celles et ceux qui se mobilisent pour que le logement redevienne une priorité nationale.

Ludovic GUYOT

Président du groupe Communiste et Républicain

Respect du pluralisme démocratique, du droit et des personnes

Les textes sont signés de leur(s) auteur(s), placés sous leur seule responsabilité éditoriale. Les auteurs s’engagent à respecter les législations en vigueur sur la liberté d’expression, le droit au respect des personnes et le droit à l’image, contenues notamment dans les Lois du 29 juillet 1881, du 1er août 2000 modifiant la Loi du 30 septembre 1986 relative à la liberté de communication, celle du 21 juin 2004 pour la confiance en l’économie numérique, le Code Civil et le Code Pénal.